Gattaz découpe le Medef de Parisot en huit pôles distincts

Le futur président du Medef a finalisé l’organigramme du mouvement pour les cinq années à venir.

Sans attendre d’être élu mercredi président du Medef, Pierre Gattaz a finalisé l’organigramme du mouvement pour les cinq années à venir. Le nouveau Medef sera composé de huit pôles distincts d’importance inégale. Le premier, dirigé par Geoffroy Roux de Bézieux (qui aura le titre de vice-président délégué et trésorier), reprendra le périmètre de la commission économique présidée dans les années 1990 par un autre libéral, Denis Kessler. Elle couvrira les questions d’économie, de fiscalité, de compétitivité, de consommation, de développement durable et d’innovation.

Le deuxième pôle sera dédié au social (droit du travail, retraites, santé, marché du travail…) sur les contours cette fois-ci de la commission sociale dirigée du temps du CNPF par Denis Gautier-Sauvagnac, l’ex-homme fort de la métallurgie. Elle sera placée sous la houlette de son successeur à l’UIMM, Jean-François Pilliard, qui sera «en binôme» avec un assureur, Claude Tendil, le PDG de Generali, un proche de Denis Kessler. Patrick Bernasconi, le patron de la Fédération des travaux publics, qui s’est rallié en juin, aura le titre de vice-président délégué et supervisera le réseau et les Medef territoriaux. Quant à Jean-Claude Volot, l’ex-médiateur interentreprises qui a très tôt soutenu Pierre Gattaz, il s’occupera des questions d’export, dissociées du reste des sujets d’économie internationale (B20…) regroupés dans un pôle à part.

Thibault Lanxade, petit candidat rallié lui aussi très tôt à Pierre Gattaz, sera récompensé en prenant les commandes d’un ensemble dédié aux PME et à l’entrepreneuriat. Autre nouveauté: la constitution d’un pôle sur la sphère publique – «la baisse des dépenses de l’État», décrypte un membre de l’équipe – placé sous la direction de l’ex-ministre déléguée à l’emploi d’Alain Juppé, Anne-Marie Couderc, aujourd’hui PDG de Presstalis. Dans cette répartition équilibrée, les services n’ont pas été oubliés, puisque la direction du huitième ensemble reviendra à Jean-Pierre Letartre, le patron d’Ernst & Young qui fera de la prospective et animera la réflexion du Medef sur la «France 2020».

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Economie, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir