Sénégal: l’ex-président tchadien Hissène Habré inculpé et incarcéré à dakar

Vingt-trois ans après avoir trouvé refuge au Sénégal, l’ancien président du Tchad, Hissène Habré, a été inculpé, mercredi 2 juillet, de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures. Il a été aussitôt placé sous mandat de dépôt.

Plusieurs sources concordantes l’ont affirmé à l’AFP : l’ancien président tchadien Hissène Habré (1982-1990) a été inculpé, mardi à Dakar de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures par le tribunal spécial créé à Dakar pour le juger. Hissène Habré a été « inculpé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures et a été placé sous mandat de dépôt », a expliqué un responsable du tribunal, une information confirmée par des avocats de M. Habré.

Un de ses avocats, Me El Hadji Diouf, a également cité le terme de génocide parmi les chefs d’inculpation retenus contre son client, lequel « sera incarcéré dans une prison à Dakar à partir d’aujourd’hui », selon Me François Serres, un autre de ses avocats.

Détention préventive

Le procureur général de la juridiction spéciale, Mbacké Fall, avait déclaré lundi à la presse avoir découvert contre M. Habré « des indices graves et concordants de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et de tortures » pendant ses huit ans de règne (1982-1990) et avoir demandé sa mise en détention préventive.

M. Habré, qui vit au Sénégal depuis sa chute du pouvoir en 1990, avait été arrêté à son domicile de Dakar et placé en garde à vue dimanche. Une « commission d’enquête sur les crimes et détournements » commis pendant les années Habré, créée par le gouvernement tchadien après sa chute, a estimé à plus de 40 000, dont 4 000 identifiées, le nombre de personnes mortes en détention ou exécutées au cours de ses huit ans de présidence.

Jeuneafrique.com

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, International, Multimedia. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir