Crash de San Francisco : le pilote était encore en formation

La vitesse de l’appareil était «nettement inférieure» à la normale. L’équipage a tenté de remettre les gaz juste et de reprendre de l’altitude avant l’atterrissage. Le capitaine de l’avion avait plus de 10.000 heures de vol mais seulement 43 heures d’expérience sur le Boeing 777-200 utilisé. C’était son premier atterrissage à San Francisco avec ce type d’appareil. Le crash a coûté la vie à deux adolescentes chinoises et fait 182 blessés sur les 307 personnes à bord.

Il est encore trop tôt pour parler d’erreur humaine mais dans l’enquête sur le crash de San Francisco, les regards se tournent désormais vers les pilotes du vol Asiana 214. Les boîtes noires ont révélé que l’équipage a essayé de reporter son atterrissage mais s’y est pris trop tard et que l’avion volait trop lentement. D’après les conversations du cockpit, le vol Shanghai-San-Francisco via Séoul s’est déroulé normalement. Les problèmes n’ont surgi que dans les derniers instants, lorsque l’équipage du Boeing 777-200 a tenté de remettre les gaz juste avant l’atterrissage et demandé à la tour de contrôle l’autorisation de reprendre de l’altitude.

«La requête de l’un des membres d’équipage pour accélérer a été lancée environ sept secondes avant l’impact. L’appel à la tour de contrôle pour reprendre de l’altitude est arrivé une seconde et demi avant. Les gaz ont été remis quelques secondes avant l’impact, et les moteurs ont répondu normalement» avant que la queue de l’appareil ne heurte le sol, provoquant l’accident, indique l’agence américaine de sécurité des transports (NTSB). Les données de la boîte noire enregistrant les paramètres techniques du vol de la compagnie sud-coréenne ont confirmé qu’à l’approche de la piste, «l’appareil avait ralenti et que la vitesse était très nettement inférieure à la vitesse optimale», précise le NTSB, pour qui il est trop tôt pour avancer une quelconque conclusion sur les origines du crash.

Le pilote avait seulement 43 heures de vol sur ce type de Boeing

De son côté, l’agence de sécurité aérienne sud-coréenne a annoncé que le capitaine du vol était en formation sur le modèle de Boeing ayant servi au vol. Lee Kang-gook, 46 ans, volait depuis 1994 et avait assuré plusieurs liaisons à destination de San Franscico. Totalisant plus de 10.000 heures de vol, il avait beaucoup d’expérience sur les Boeing 747, 737 et Airbus 320, mais il n’avait à son actif que 43 heures sur le Boeing 777-200. C’était son premier atterrissage à San Francisco avec ce type d’appareil. Son copilote, Jung Min Lee, avait lui 12.000 heures de vol, dont de nombreuses sur les le Boeing 777-200.

Autre élément sur lequel l’enquête, qui pourrait durer 18 mois, pourrait se pencher:la mise hors-service à cause de travaux sur la piste des indicateurs visuels d’alignement de descente de l’aéroport.

crash boeing

Des interrogations sont aussi apparues sur les conditions de la mort de l’une des deux victimes du crash. L’une des adolescentes chinoises tuées a peut-être été heurtée par un véhicule de secours alors qu’elle gisait sur le tarmac. «Si l’on se base sur les blessures subies, il est possible que l’un de nos véhicules ait ajouté aux blessures antérieures», a reconnu le chef des pompiers de San Francisco. «C’est une chose qui a pu arriver dans le chaos», a-t-il ajouté. Une autopsie doit confirmer si cette collision est à l’origine de la mort.

Les adolescentes faisaient partie d’un groupe de 35 étudiants chinois qui devaient passer trois semaines à la West Valley Christian School, au nord de Los Angeles. L’école a annoncé qu’une cérémonie serait organisée jeudi à leur mémoire. 307 passagers étaient à bord du vol Asiana 214. Sur les 182 passagers blessés dans l’accident, dix-neuf étaient encore hospitalisés dimanche. Six sont dans un état critique, dont un enfant.

lefigaro.fr

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir