Communales 2013 : Les FCBE déclarent la guerre aux SOGLO

Le ministre du développement, Marcel de Souza et les siens ont remis en cause, au cours d’une cérémonie de mobilisation des militants Fcbe organisée le dimanche 14 juillet 2013 à Cotonou, la gestion faite de la mairie de Cotonou par les Soglo. Une attitude qui amène à penser que la RB, bien que membre de la majorité présidentielle, est combattue par ses alliés. D’où la question de savoir si la Rb est de trop à la mouvance présidentielle ou alors elle joue les seconds rôles.

Le tableau devient de plus en plus clair au sein de la majorité présidentielle plurielle au fur et à mesure que l’on s’approche des prochaines échéances électorales communales et locales. En effet, dans l’après-midi du dimanche 14 juillet 2013, les militants Fcbe, Frap et autres ont tenu un meeting à Cotonou dans la 16ème circonscription électorale en vue de se mettre en ordre de bataille et de sonner la mobilisation à la veille des élections communales et locales. Les membres de la famille présidentielle des 12ème et 13ème arrondissements de Cotonou sont repartis le dimanche 14 juillet dernier à Fidjrossè, sur de nouvelles bases. Cette mobilisation devrait sonner le glas de la guéguerre entre tous les membres de la majorité présidentielle de Cotonou. Mais en réalité, l’absence de la Renaissance du Bénin (RB) montre qu’il y a malaise au sein de certains membres de cette famille présidentielle. La mobilisation du dimanche a été une démonstration des membres Fcbe des quartiers de ces deux arrondissements qui entendent mieux se positionner pour le combat électoral. Le premier trophée convoité est la tête de la mairie de Cotonou. Le fait que les principaux occupants actuels n’aient pas comblé les attentes des administrés semble justifier ce nouveau défi. Selon ceux-ci, les ’’3CI’’, les affaires domaniales, la gestion des terres, la gestion des terres, la gestion des ressources humaines ont tous été sanctionnés par des échecs. Le ministre Marcel de Souza a précisé en ces termes : » je vous demande de nous renforcer afin de mieux gérer la mairie de Cotonou au cours de la prochaine mandature. Nous devons prendre la mairie de Cotonou et pour cela, il faut que les Fcbe aient le maximum de conseillers dans la prochaine équipe «. Désormais, c’est une guerre qui est ouverte entre les autres membres de la majorité présidentielle et la RB. Ainsi, l’alliance Fcbe (Forces cauris pour un Bénin émergent) est plus que jamais déterminée à arracher la mairie de Cotonou au Soglo au terme des prochaines communales. Ils ont bien critiqué la gestion qui est faite actuellement de la mairie, dirigée par un membre de la famille présidentielle, la RB.

Un jeu ouvert

Pour parvenir aux résultats escomptés, les militants Fcbe devront retrousser les manches et combattre l’ennemi de la division et les conflits de leadership. Ce qui est une réalité actuelle au sein de cette famille ; en témoignent les événements de Calavi et de Godomey le week-end écoulé avec l’installation des coordinations déjà décriée par une autre équipe dirigée par Claudine Prudencio. Conquérir la mairie de Cotonou ne sera certainement pas facile pour quelque camp, vu les enjeux qui existent. Mais ce qui étonne, c’est qu’ils ont cité les partis qui mèneront cette lutte sans faire mention de la Rb. C’est à croire que la RB est devenue une rivale qu’il va falloir combattre au cours des échéances à venir.

Contre la révision constitutionnelle ?

A la Rb, la raison de cette position des Fcbe et consorts est toute trouvée. » Tenez-vous tranquille ! La Renaissance du Bénin ne votera pas pour la révision de la Constitution. Yayi Boni quittera le pouvoir en 2016 comme Nicéphore Soglo et le Général Mathieu Kérékou. N’ayez aucune crainte par rapport à cela. Nous ne sommes pas bêtes… «, a déclaré au téléphone, une éminente personnalité de la Renaissance du Bénin (RB) qui estime que son parti est victime de sa position pour ce qui est de la réforme constitutionnelle. Dans les coulisses de la formation politique, les stratégies se peaufinent pour bloquer toute atteinte à l’alternance au pouvoir acquise à la conférence nationale de février 1990. Pour ce faire, la Rb va certainement s’associer à toutes les forces démocratiques pour anéantir les velléités du camp révisionniste à l’Assemblée nationale. Ce ne sera pas étonnant de voir ce parti s’allier aux députés de l’opposition comme de la mouvance pour faire échec à toute révision opportuniste de la Constitution. La RB se refuse ainsi de soutenir toute révision constitutionnelle opportuniste et le prix à payer, c’est bien ses déboires actuelles avec la mouvance présidentielle plurielle.

Gathum Gbaguidi, beninsite.net

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, Multimedia, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir