Le sanglant retour d’al-Qaida en Irak

Galvanisés par le drame syrien, les terroristes annoncent une nouvelle campagne de violences contre le pouvoir à Bagdad, dominé par les chiites.

Attaque simultanée contre deux prisons la semaine dernière,sanglants attentats, simultanés encore, lundi: en repli ces dernières années, al-Qaida en Irak (AQI) retrouve une inquiétante capacité d’action. Si la mouvance terroriste n’a pas encore regagné son effectif de 2006 (12.000 membres), ses récents succès lui permettent de recruter de nouveaux militants pour repasser la barre du millier de combattants aguerris, selon les experts.

«Les terroristes cherchent à organiser des journées de terreur sur l’ensemble de l’Irak pour tuer une centaine de personnes à chaque fois, avec le souci d’une simultanéité dans la détonation de leurs bombes», observe un diplomate à Bagdad, au moment où le gouvernement irakien indique que 989 personnes ont été tuées rien qu’en juillet dans le pays – le plus lourd bilan mensuel depuis avril 2008. Ainsi, lundi soir, dix-sept voitures piégées ont explosé, dont huit dans la capitale, tuant au total plus de 60 personnes. Une semaine auparavant, à l’issue d’une véritable opération militaire contre les prisons de Taji et d’Abou Ghraïb, entre 500 et 1000 détenus avaient été libérés, dont plusieurs dirigeants d’al-Qaida emprisonnés ces dernières années. Ces attaques attestent «d’une très bonne préparation et une très bonne logistique», constate le diplomate, qui rappelle les cibles visées: les forces de sécurité, des membres du gouvernement dominé par leurs ennemis chiites, et «les traîtres sunnites».

Depuis 2008, et surtout après la liquidation de deux de ses chefs en 2010, AQI était pourtant en perte de vitesse. «Al-Qaida a de moins en moins de candidats au suicide et très peu de combattants étrangers, nous confiait un expert occidental fin avril à Bagdad. Ce qui les contraint à se découvrir en positionnant des véhicules dans des endroits stratégiques où ils doivent parfois attendre avant de commettre leurs attentats.» À cette époque, d’autres militants d’AQI étaient partis combattre en Syrie le régime de Bachar el-Assad, soutenu par l’Iran. Depuis, certains ont pu revenir en Irak, avec des armes livrées par les parrains internationaux de la rébellion syrienne.

Une chose est sûre: le conflit entre Assad et ses opposants galvanise la mouvance terroriste qui, au printemps, a fusionné ses branches irakienne et syrienne dans «l’État islamique d’Irak et au Levant». Il y a dix jours, 300 djihadistes étrangers, qui attendaient à la frontière turco-syrienne, ont profité de la complaisance turque pour gagner le bastion d’al-Qaida au nord de l’Irak, après avoir transité par la Syrie.

Les régimes hérétiques prochiite de Bagdad et Damas pour cible

Qu’ils soient en Irak ou en Syrie, les militants sont mus par le même désir de frapper les «régimes hérétiques» prochiite de Bagdad et Damas, deux fronts d’un même conflit confessionnel sunnite-chiite qui fracture pratiquement tout le monde arabe. Résultat: dans la zone frontalière du nord de l’Irak, la mobilisation d’al-Qaida est très forte, comme dans les années 2003-2006, lorsque les djihadistes du monde entier accouraient pour combattre «l’occupant américain» de l’ancienne Mésopotamie. Le départ de ce dernier fin 2011 a profité à al-Qaida, les forces de sécurité irakiennes ne disposant pas des mêmes outils de lutte antiterroriste que l’armée américaine.

En quelques mois, l’organisation a su de nouveau s’assurer le soutien d’autres groupes extrémistes, comme au milieu des années 2000 lorsque l’organisation créa le Conseil des moudjahidins, qui regroupait une demi-douzaine de factions salafo-islamistes. Les autorités irakiennes affirment disposer de preuves d’un soutien à al-Qaida de certains pays du Golfe, le Qatar en particulier. À l’évidence, la politique anti-sunnite du premier ministre, Nouri al-Maliki, alimente la soif d’en découdre de ses ennemis les plus radicaux, qui annoncent sur Internet une nouvelle campagne de violences, baptisée «la moisson des ­armées».

Le Figaro

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Multimedia, Société, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir