Egypte: un tribunal ordonne la libération conditionnelle de l’ancien président Hosni Moubarak

Un tribunal du Caire a accepté, mercredi 21 août, la demande de libération conditionnelle de l’ancien président Hosni Moubarak dans le cadre d’une affaire d’enrichissement illicite.

Renversé en janvier 2011 par la révolution égyptienne, l’ancien Raïs Hosni Moubarak pourrait prochainement être libéré. Mercredi, un tribunal égyptien a accepté la demande de libération conditionnelle de l’ex-président dans le cadre d’une affaire d’enrichissement illicite.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’ancien chef d’État serait remis en liberté dans les heures qui viennent. «La cour a décidé de le libérer», a déclaré à Reuter son avocat, Fareed El-Deeb. À la question «Quand ?», il a répondu : «Peut-être demain».

Le Parquet peut faire appel de la décision. Il n’était pas possible pour l’heure de savoir si un tel recours avait été déposé. Jusqu’à présent, de nouvelles accusations sont venues s’ajouter après chaque décision de remise en liberté conditionnelle, permettant le maintien en détention du président déchu.

Avant mercredi, Hosni Moubarak avait déjà bénéficié de libérations conditionnelles dans trois autres affaires au motif qu’il avait déjà effectué la période maximale de détention préventive. Il s’agit d’affaires de meurtres de manifestants et de corruption, pour lesquelles il est toujours dans l’attente d’un procès. La décision de mercredi concerne la quatrième et dernière affaire, qui porte également sur des accusations de corruption.

(Avec AFP)

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Multimedia. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir