IBK, un Président fortement attendu !

 L’élection présidentielle de 2013 a vécu. Un scrutin historique, à tout point de vue. Situation exceptionnelle due à la crise multi dimensionnelle qui secoue le pays, taux de participation record démontrant clairement la volonté inébranlable du peuple Malien à prendre enfin son destin en main et l’incroyable plébiscite qui a porté IBK au sommet de l’Etat. On peut dire que le Mali revient de loin…de très loin ! Fasse Dieu qu’avec ce scrutin, le Mali amorce véritablement le RENOUVEAU et le CHANGEMENT tant souhaités ces derniers temps.

Le Mali, avec l’aide de la communauté internationale a quasiment réussi le pari de tourner l’une des pages les plus sombres de son histoire, par la reconquête de la partie nord du pays, jadis occupée par des forces obscurantistes, et l’organisation assez correcte de l’élection présidentielle. Mais il ne faut pas non plus se leurrer, le chemin est encore long tant les défis sont nombreux, et incontestablement le nouveau Président aura du pain sur la planche.

Tous les regards étaient tournés vers le Mali, et cette élection présidentielle préoccupait la communauté internationale dans son ensemble tant les enjeux sont énormes. D’aucuns présageaient le pire pour le Mali, ignorant sans doute les ressorts cachés d’un grand peuple aux valeurs traditionnelles séculaires et intemporelles. On peut dire que finalement le chaos annoncé n’a pas eu lieu.

Le peuple Malien dans sa quête de normalité républicaine et démocratique,  a fait preuve de maturité, de responsabilité, de tolérance, de sagesse et d’esprit patriotique etc.

Aujourd’hui, IBK est le nouveau Président du Mali pour un mandat de cinq années. Les Maliens en ont décidé ainsi. Rarement un choix aura entrainé une forte adhésion au-delà de toutes considérations partisanes. Rarement une telle osmose aura été entre un candidat et son peuple. IBK apparait comme une sorte de messie, un « appelé » à accomplir une mission…..et quelle mission !!! Le peuple a vu en lui, celui à même de résoudre les multiples problèmes qui assaillent le pays.

IBK en acceptant cette lourde responsabilité, en acceptant d’être le Président de tous les Maliens a scellé une sorte de pacte d’honneur, un contrat moral où il se condamne lui-même à réussir, car il faut le dire, aucune défaillance ne sera tolérée au regard de la situation du pays. IBK doit prouver qu’il est le bon choix et que les Maliens ne se sont pas trompés.

Avec plus de77% de suffrages exprimés en sa faveur, le peuple Malien a clairement exprimé son choix, et on peut dire que la légitimité du nouveau Président ne souffre l’ombre d’aucune contestation possible.

Maintenant après l’épisode électoral, les choses sérieuses peuvent commencer, et c’est là qu’IBK est fortement attendu et il le sait. Les attentes du peuple Malien sont immenses et le temps presse.

Il y a lieu de préciser que le sacre d’IBK découle essentiellement de deux facteurs combinés. Le premier facteur est inhérent à sa personne, et le second au contexte dans lequel le scrutin s’est déroulé.

L’homme IBK

Son accession au pouvoir n’est pas le fruit du hasard. Loin de là ! Le choix porté sur sa personne n’est pas due au fait qu’il était le doyen parmi les candidats ou qu’il était de ceux qui ont tenté le plus la magistrature suprême, mais tout simplement parce qu’il symbolise les traits de caractère d’un chef dont le Mali a besoin et réclame aujourd’hui.

Homme d’Etat ayant le sens de la responsabilité, légaliste, républicain, homme à poigne, homme de parole avec une certaine fermeté, une certaine autorité et rigueur, une certaine intégrité, un sens de l’honneur de la dignité et de la justice etc. Voilà quelques qualificatifs attribués à celui qui présidera aux destinées du Mali pour les cinq prochaines années. Le sobriquet Kankelitigui que ses partisans l’affublent est évocateur à lui seul et caractérise l’homme.

Certes, IBK n’est pas sans défaut, mais la personnalité de l’homme, son expérience de la chose publique (pour avoir été conseiller à la Présidence, ambassadeur, ministre, Premier Ministre, Président de l’Assemblée Nationale etc.) et ses faits d’armes (notamment son passage à la primature en 1994) expliquent le choix porté sur sa personne. IBK a été choisi sur la base de ces critères et il doit mériter de la confiance du peuple en étant à la hauteur des tâches herculéennes qui l’attendent. Il est le seul artisan de sa victoire, personne d’autre, par conséquent, il doit pouvoir agir à sa guise. Il n’est redevable que du seul peuple Malien, qui saura au moment opportun le juger.

Le contexte du moment

Le drame vécu récemment par le Mali avec les conséquences que nous savons tous, a aussi contribué à élire IBK. Etat déliquescent,  absence d’autorité, insécurité sans précédent avec la menace djihadiste ,  risque de partition du pays, perte de notre souveraineté, de l’honneur du Mali, de notre fierté, corruption généralisée, injustice à tous les niveaux, problème de l’emploi, mauvaise gouvernance et problème de développement global etc. tel est de façon non exhaustive, le sombre tableau que présente notre pays. Les défis sont énormes et IBK qui s’est distingué par le passé dans l’exercice du pouvoir politique apparait aujourd’hui comme la SOLUTION.

Son slogan de campagne tournant autour des thématiques fondamentales au relent plutôt nationaliste, souverainiste, patriotique prônant la rupture et le changement découle d’une stratégie de communication bien ciblée. Le Malien veut être réhabilité, rassuré aujourd’hui après tout ce qu’il a subi, le Malien veut envisager l’avenir en toute confiance et en toute sérénité, le Malien veut un changement radical dans la conduite des affaires publiques pour le bonheur de tous et IBK incarne ce renouveau.

Qu’il le sache dès maintenant, ses moindres faits et gestes seront observés à la loupe. Les Maliens ne se laisseront plus surprendre, l’éveil d’une conscience citoyenne se fait jour peut être lentement mais sûrement. Kankeletigui a dit entre autres, qu’il ne transigera pas sur l’intégrité et l’unité du Mali, il s’engage à réconcilier les Maliens (Les négociations prochaines avec les rebelles touaregs nous édifieront). Il dit garantir la laïcité du Mali (La menace islamiste et l’immixtion du religieux dans la sphère politique sont une réalité à laquelle il faut rapidement trouver une solution. Attendons voir !). Il luttera contre la corruption, le chômage, il promeut la bonne gouvernance, assure le développement socio-économique etc. (vaste chantier à mettre en œuvre, mais déjà le choix des hommes qui l’accompagneront, les principes et valeurs qui seront mis en avant, les mesures fondamentales qui seront prises en début de quinquennat permettront aux Maliens de juger par eux-mêmes de la justesse de leur choix).

IBK a besoin du soutien de tous et en même temps, il ne doit pas oublier que c’est lui que les Maliens ont choisi, et que c’est lui qui sera le premier comptable de tout ce qui arrivera. Une obligation de résultat pèse sur sa personne et il y aura certainement un droit d’inventaire et un droit de suite de son action après.

Pas de complaisance ni de compromissions. Le choix des hommes, l’exemplarité dans le comportement, le sens de la responsabilité, de l’Etat, de l’honneur, de la dignité, de la justice, etc. doivent caractériser son mandat.

Le Mali a souffert, les Maliens n’en peuvent plus du comportement de leurs responsables, il est temps que l’éthique, la morale, l’exemplarité et la sanction soient au cœur de l’action publique. SERVIR OUI…..SE SERVIR NON !!!!

IBK a l’occasion d’entrer dans le panthéon de l’histoire politique du Mali. Il est maitre de son destin. S’il réussit sa mission, il l’aura fait pour son peuple et pour lui-même, et la nation Malienne lui sera éternellement reconnaissante pour services rendus.

Alors bon vent Monsieur le Président !

Makan DIALLO

Docteur en Droit

Avocat au barreau de Paris.

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, Développement Personnel, International. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir