Inadaptation du système des primaires au Bénin : un piège pour l’Union fait la nation ?

Le système des primaires n’est pas encore vraiment adapté à la réalité politique du Bénin. Alors qu’une telle échéance se profile pour l’Union fait la nation (Un), elle a tout l’air d’être pour elle un piège qui du coup créera une division plutôt que l’union qui est si tant recherchée.

La culture politique au Bénin reste tributaire de l’impressionnant pouvoir de l’argent. Du coup, l’influence d’une personnalisation des coalitions politiques transcende les bases d’un système politique axé sur les débats d’idées et les projets de société. De plus, le peuple est majoritairement analphabète et le taux de paupérisation est conséquent. Ce terreau permet donc toutes les manipulations possibles notamment grâce à l’argent. Les primaires qui auront lieu dans une quinzaine de jours au sein de l’Union fait la nation (Un) pour désigner son candidat pour le scrutin présidentiel de 2016, seront une vraie empoignade entre Eric Houndété et Emmanuel Golou qui rêvent tous les deux d’un destin présidentiel. Alors qu’il faudra que l’Un ne choisisse qu’un seul parmi eux, que fera celui qui sera recalé ? C’est là que les béninois risquent d’assister à une dissidence interne qui sera surtout motivée par une soif du pouvoir d’Etat qui donnera lieu à une dislocation et à une division des structures composant l’Un.

Ce sont vraiment des primaires ?

Quand on parle de primaire, on fait nécessairement intervenir les militants. Sous d’autres cieux les primaires constituent une véritable bataille, dont l’issue positive pour le vainqueur augmente ses chances de gagner le scrutin national lui-même. Pour des élections primaires, seuls les militants á jour ont souvent le droit de participer. Combien de militants sont à jour au sein de l’Un ? Etre à jour, c’est avoir sa carte de membre et payer régulièrement sa cotisation. De toute évidence, toutes ces conditions ne sont pas remplies. En s’imposant comme la deuxième force politique du pays après les deux scrutins de cette année, l’Un pouvait faire de ses succès électoraux un tremplin idéal pour 2016. Depuis que les ambitions présidentielles de Houndété et de Golou s’aiguisent comme des couteaux politiques, elle est donc obligée de prendre toutes les précautions qu’il faut pour négocier de la meilleure des manières le dernier virage politique avant 2016.

Nadine TCHEGNON

Lire aussi : Recours aux militants à la base pour choisir son candidat pour 2016 : l’option suicidaire de l’Un

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Editorial, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir