Bradage des quais Nord du Port de Cotonou à une société étrangère : les syndicats de la plate-forme portuaire dénoncent et menacent

(Géro Amoussouga au banc des accusés)

Hier à Cotonou précisément dans les locaux de la Bourse du travail, le collectif des syndicats de la plate-forme portuaire a fait une déclaration pour critiquer vigoureusement ce qui se passe actuellement selon luiau sujet de la concession des quais Nord du Port de Cotonou. Contre toute attente, ses flèches ont visé directement Gero Amoussouga, le ministre d’Etat chargé des Objectifs du millénaire pour le développement.

Au regard de la situation expliquée hier par le collectif des syndicats de la plate-forme portuaire, l’heure est suffisamment grave pour qu’il mette déjà sur la table la menace d’une paralysie du Port de Cotonou dans le cas où ses quais nord (nord-est ouest) seraient concédés à une société étrangère, notamment le groupe Apm Terminal Cotonou. Par la voix d’Urbain Kanlinsou, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs du Port autonome de Cotonou (SyntraPac), la déclaration signée notamment par les secrétaires généraux des syndicats représentants les travailleurs de la Sobémap, de la Cobénam et par le représentant des syndicats du Cncb a particulièrement dénoncé les agissements de Géro Amoussouga, le ministre d’Etat chargé des Objectifs du millénaire pour le développement. En le qualifiant de « démarcheur d’Apm Terminal », le collectif a mis en avant toutes les manœuvres orchestrées selon lui par le ministre d’Etat pour que les quais Nord du Port soient concédés à cette société. Tout en rappelant que les quais Sud sont déjà concédés au Groupe Bolloré, il souligne à quel point les agissements dont il rend responsable Géro Amoussouga remettront en cause s’ils étaient validés par le Chef de l’Etat« la souveraineté portuaire chèrement acquise en 1969 » durant la présidence d’Emile DerlinZinsou.

La genèse

Tout est parti d’un conseil extraordinaire des Ministres qui a eu lieu le 30 avril dernier au cours duquel deux  communications entre autres relatives à la mise en concession des quais Nord ont été adoptées. Face à la furie du collectif des syndicats de la plate-forme portuaire, les deux communications ont été retirées lors d’un autre conseil extraordinaire des Ministres qui a eu lieu le 21 mai dernier. Or selon le collectif si le Gouvernement a opté pour une « gestion participative des réformes en cours dans le secteur portuaire », Géro Amoussouga n’est pas du tout dans une telle logique. En plus de s’impliquer selon le collectif dans un dossier qui ne concerne en rien les prérogatives de son ministère, le ministre d’Etat a pris toujours selon les syndicats de ce collectif  à contre-pied, le comité constitué afin de concrétiser la gestion participative du dossier. Ainsi le collectif révèle que le ministre d’Etat le 18 septembre dernier,  a organisé à la présidence de la République une réunion au cours de laquelle il a informé les participants « de la mise en concession totale des quais Nord-est et ouest au profit du groupe Apm Terminal Cotonou et ceci avec la signature d’une convention par le Gouvernement » béninois. En plus de ne pas avoir convié à cette réunion les syndicats concernés en premier lieu par ce dossier, le ministre a fait selon le collectif « une déclaration grave » qui ramène selon lui à « l’ère de la dictature ». Et au regard de tout ceci, il réclame que le ministre Géro Amoussouga soit ramené à l’ordre et il sonne la mobilisation de tous les travailleurs du secteur portuaire« pour barrer la route aux bradeurs du patrimoine national ».

Bernado Mariano Houenoussi

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, People, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir