Parce qu’ils ne sont pas reversés depuis 2008 dans le corps des Ace : des instituteurs mettent la pression sur le Gouvernement

Des  enseignants de la maternelle et du primaire ont organisé hier un sit-in dans l’enceinte du ministère de la Fonction publique à Cotonou. L’objectif de ce mouvement est d’exiger du Gouvernement, la signature du contrat qui va consacrer leur reversement dans le corps des Agentscontractuels de l’Etat (Ace).

Ils étaient hier, une cinquantaine d’enseignants venus de tous les départements du Bénin à participer au sit-in qui a eu lieu dans l’enceinte du ministère du Travail. Partis de la Bourse du travail, ils avaient des pancartes à la main et des bandeaux rouges au front. Et pour cause ! Ils sont plus de 2500 enseignants recrutés avant 2008  pour les écoles maternelles et primaires du Bénin, mais qui n’ont pas encore un contrat de travail parce qu’ils ne sont toujours pas reversés dans le corps des Agents contractuels de l’État (Ace).À travers la motion du Syndicat national des enseignants en activité et à la retraite pour un enseignement performant (Synearep) lue par le président du comité de suivi de la situation de précarité au travail Firmin Attinmawassonou, ces enseignants exigent du Gouvernement la signature dans un bref délai du contrat de travail administratif auquel ils ont droit.  Le Synearep avait hier à ses côtés  la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) et la Centrale syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb). Lors de sa prise de parole, Paul EssèIko, secrétaire général de la Cstb a fustigé le traitement réservé à ces éducateurs qui arrivent difficilement à joindre les deux bouts. Selon lui « il est incompréhensible que le Gouvernement ne signe pas un contrat à des gens qu’il emploieet de surcroit depuis 2008 ».Ces enseignants se disent déterminés à se battre jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications.

Joël Noumonvi

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Education, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir