Polémique autour de la désignation des administrateurs du Fonds d’aide à la culture : déjà les prémices d’une crise ?

Le 18 avril prochain les acteurs culturels éliront les administrateurs du Fonds d’aide à la culture (Fac). Mais une frange de cette corporation, s’insurge contre ce renouvellement des membres du Conseil d’administration du Fac. Cette situation suscite une vive polémique au sein des acteurs culturels et ouvre la porte à un conflit.

Sauf décision contraire du ministre de la Culture, l’élection des nouveaux membres du Conseil d’administration du Fonds d’Aide à la Culture (Fac) se déroulera le 18 avril prochain. Sont invités à prendre part à ce vote, les représentants des fédérations d’associations conformément au décret N°2015- 486 du 07 septembre 2015 portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Fac. Dans le rang des acteurs culturels, cette désignation des administrateurs du Fac ne fait pas l’unanimité. Une frange de ces acteurs dénonce la mauvaise gestion du Fac et sollicite le report de cette élection. Dans un communiqué daté du 03 avril dernier, la plateforme Wanilo des acteurs culturels pour un meilleur fonctionnement du Fac exige « l’arrêt immédiat du processus électoral en cours ; la prolongation jusqu’au 31 décembre prochain du mandat des conseillers actuels afin de créer le débat autour de la redynamisation du Fac à travers une réorganisation et l’assainissement de la vie associative dans le secteur des arts et la démocratisation directe du secteur ».

D’autres contestataires

Cette plateforme n’est pas la seule à s’impliquer dans cette lutte. Le mouvement «Trop c’est trop» fondé par groupe d’artistes béninois était dans la soirée du 4 avril dernier sur l’esplanade de la place du Souvenir de Cotonou. Ses membres ont voulu alerter le nouveau président de la République sur la situation qui prévaut au Fac. Coordonné par le chanteur Jolidon Lafia, ce mouvement propose l’organisation des États généraux dans le secteur culturel. «A l’endroit du ministre de la Culture, nous proposons que l’élection du collège des experts et administrateurs, qui est en vue soit différée jusqu’à la convocation des Etats généraux de la culture, afin d’une part de réconcilier les artistes et d’autre part de créer un nouveau climat de confiance pour l’éclosion de la culture au Bénin. Les Etats généraux de la culture offriront un terreau favorable pour trouver une fois pour toute les solutions idoines aux maux dont souffre la culture du Bénin» a déclaré Jolidon Lafia.

Joël Noumonvi

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir