Fonds catholique de solidarité : une initiative inédite de l’Eglise du Bénin
De g à d : Révérende sœur Nicole Houinato, Mgr Antoine Sabi Bio, Mgr Eugène Houndékon, Révérend Père Alain Dosseh et Thomas Azandossessi Crédit photo : 7 au Bénin

Hier à Cotonou au siège de la Conférence épiscopale du Bénin (Ceb) a eu lieu une conférence de presse portant sur le thème « Fonds catholique de solidarité pour une auto-prise en charge de l’Eglise catholique au Bénin ». Elle avait notamment pour but de présenter les motivations et les modalités pratiques relatives au Fonds catholique de solidarité qui a été institué après la session plénière ordinaire de la Ceb qui a eu lieu en janvier dernier.

C’est pour la première fois que l’Eglise catholique du Bénin à travers la Conférence épiscopale du Bénin (Ceb) a pris la décision de mettre en place le Fonds catholique de solidarité. Il s’agit essentiellement « d’une collecte annuelle de fonds à l’échelle nationale ». Hier au siège de la Ceb durant la conférence de presse, cette initiative a été présentée par cinq orateurs. Il y avait les évêques d’Abomey et de Natitingou, respectivement Mgr Eugène Houndékon (Vice-président de la Ceb) et Mgr Antoine Sabi Bio. Mis à part les deux évêques, le Révérend Père Alain Dosseh, curé de la paroisse Sacré-Cœur de Cotonou, la Révérende sœur Nicole Houinato de la Congrégation Notre Dame des Apôtres et Thomas Azandossessi qui représentait l’Amicale des volontaires de l’Eglise catholique (Avecath) sont aussi intervenus.

Ce qu’il faut retenir du Fonds catholique de solidarité

Pour Mgr Eugène Houndékon, la Ceb dont il fait partie s’est penchée en janvier dernier « sur les questions budgétaires, les multiples tâches d’ensemble et les défis importants de solidarité ». C’est dans la foulée de cette réflexion que la décision a été prise de mettre en place « ce Fonds » qui « se veut le fruit des efforts des fidèles du Christ sans oublier les personnes de bonne volonté qui voudraient contribuer à la mission de l’Eglise ». Il précise aussi que « si le Fonds catholique de solidarité parait une nouveauté au Bénin, plusieurs Eglises en connaissent déjà la réalité », notamment celle de la Côte d’Ivoire. Pour l’évêque de Natitingou, « l’Eglise catholique au Bénin est en pleine expansion, et, chaque année le nombre des fidèle ne cesse de croître ». Et du coup, « la motivation qui a suscité l’institution d’un Fonds catholique de solidarité » par la Ceb « est donc basée sur sa prise de conscience renouvelée de l’ampleur sans cesse grandissante des implications économiques et financières de ses responsabilités en tant qu’institution ecclésiale de représentation nationale ».  Quant au Père Alain Dosseh, curé de la paroisse Sacré-Cœur de Cotonou il a déclaré que « l’Eglise recherche les moyens matériels pour financer ses œuvres sociales et caritatives destinées à redonner confiance à tout homme sa dignité de fils de Dieu ». La Révérende sœur Nicole Houinato de la Congrégation Notre Dame des Apôtres indique quant à elle que « la mobilisation de fonds permettra de financer globalement le objectifs et fins de l’Eglise, mais que de façon spécifique que des objectifs seront fixés à chaque édition ». Celle de 2016 qui est la première servira entre autres « à financer des projets diocésains, tels que les lieux d’accueil, à renforcer le soutien aux huit Petits et Grands séminaires dans les domaines de la formation et du fonctionnement et à continuer les vastes travaux du Complexe scolaire Cardinal Bernardin Gantin à Agblangandan ».

Quelle période ?

C’est du 1er mai au 15 mai, qu’aura lieu la collecte de fonds. Thomas Azandossessi déclare qu’elle « se fera dans toutes les paroisses des dix diocèses du Bénin, sous la supervision de chaque évêque diocésain, avec la collaboration des économes diocésains, la sensibilisation des curés et administrateurs paroissiaux et la mobilisation des femmes et hommes laïcs associés ». De façon pratique, la collecte aura lieu en trois volets et sera clôturée le 15 mai par une « grande mobilisation télévisuelle de fonds à travers l’organisation d’un Téléthon » ce jour-là de 21h à 23h à l’hôtel Azalaï de Cotonou. Il faut préciser que le Fonds catholique de solidarité vient selon Mgr Eugène Houndékon « en renfort aux initiatives individuelles des différentes paroisses qui existent depuis des décennies et qui se poursuivront ». Ainsi dira-t-il, « un certain pourcentage sera défini après la collecte pour renforcer les initiatives des paroisses ».

Bernado Mariano Houenoussi

 

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Religion, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir