Après la tournée du ministre de l’Energie dans plusieurs structures sous sa tutelle : des changements immédiats attendus

Ce 03 juillet a pris fin une tournée de cinq jours de Dona Jean-Claude Houssou le ministre de l’Energie, de l’eau et des mines dans 07 des 12 départements du Bénin. Elle avait pour objectif principal « de s’imprégner des difficultés des usagers des différents services des structures » qui sont sous la tutelle de son ministère et pour « prendre connaissance des dysfonctionnements majeurs qui inhibent les efforts desdites structures ». Au terme de ce périple le ministre a précisé à travers un point de presse les changements envisagés pour corriger les dysfonctionnements constatés.

Le bilan fait par le ministre de l’Energie de sa tournée durant son point de presse a abordé quatre axes : l’énergie, l’eau, les mines et les « doléances du personnel administratif et technique ». Tout en rappelant que le « secteur de l’Energie préoccupe au plus haut point le Chef de l’Etat » Dona Jean-Claude Houssou a indiqué les « constats faits » . Il y a entre autres « le besoin d’extension de réseaux », « la mauvaise qualité de l’énergie fournie (baisse de tension) », « la non fonctionnalité des lampadaires » et « les  longues files d’attente ainsi que les  conditions inconfortables faites aux clients lors du paiement de leur  facture».

Ce qui va changer dans le secteur de l’Energie

Le ministre de l’Energie s’est rendu à l’évidence que la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) était principalement indexée par les populations rencontrées durant sa tournée. Il a annoncé « un programme de développement de réseaux » qui  « permettra  de raccorder progressivement les installations décentralisées des localités qui sont privées de l’énergie électrique ». Au sujet des « mauvaises conditions d’accueil  à la clientèle » il a indiqué que « des mesures correctives vont être prises également de façon progressive afin que les agences de la Sbee disposent non seulement d’un minimum de confort, mais aussi d’agents qualifiés au service pour améliorer le service rendu au client ». Concernant « la disponibilité de l’énergie électrique dans l’Atacora », il a surtout fait spécifiquement le constat que la Centrale de Yeripao était à l’arrêt à cause de « l’avarie majeure de  l’arbre de la turbine depuis 2012 ».  Il ajoute « qu’à la centrale de Natitingou, cinq groupes sur six ont besoin de maintenance et de réhabilitation avant utilisation » et que Laurent Kocou Tossou le directeur général de la Sbee « mesurant la portée de la situation s’y attèle déjà » et que « le bout du tunnel ne sera plus long ». Pour lui la priorité du Gouvernement est « la réhabilitation des groupes à l’arrêt de marque WARSILA ». Il a aussi annoncé que le 1er juillet dernier a eu lieu « la signature d’un protocole d’accord de réhabilitation » et que « les formalités sont en cours pour les travaux de maintenance proprement dites à Porto Novo, Parakou et Natitingou ». Cette signature a été faite dira-t-il sur instruction du Chef de l’Etat et intervient dans la foulée d’un audit. Au finish dira-t-il, « ceci permettra de trouver la pleine utilisation de ses groupes dans quelques mois pour une trentaine de MEGA WATT supplémentaire disponible ». Le ministre de l’Energie a fait remarquer que dans le secteur de l’Energie que « des dysfonctionnements ont été observés à la fois dans la chaine d’approvisionnement du combustible mais également dans les relations opérationnelles entre les différents acteurs du secteur que sont la SBEE-la CEB-et la MRI ». Ces dysfonctionnements  « pénalisent la meilleure disponibilité de l’énergie électrique dans la région ». C’est pourquoi « des actions concertées sont lancées pour améliorer et rendre plus efficace le processus de prise de décision opérationnels ».

Dans le secteur de l’Eau

 

« La fourniture d’eau aux populations » a été aussi au centre de cette tournée car «  cette denrée se fait rare, et la situation est très critique dans biens de localités de notre pays notamment à Savalou et à Parakou ». C’est pourquoi « la visite de la délégation ministérielle a permis de s’enquérir de l’état de fonctionnement des installations de la Société des eaux du Bénin (Soneb), d’apprécier la qualité de service,  de se rendre compte des difficultés et voir les conditions de travail des agents ». A Savalou et à Parakou « les autorités locales ont fait toucher du doigt la gravité de la situation et son impact sur la vie des populations ».  Les constats concernent entre autres et particulièrement en matière d’eau potable « l’insuffisance de la capacité installée pour couvrir les besoins à Abomey et Bohicon » et  « l’insuffisance de la capacité de production à Savalou ». A Dassa-Zoumè, Djougou et à Natitingou le constat est identique. De plus « la perturbation de l’alimentation en énergie électrique » implique « la mauvaise qualité de service et de déserte ».

 

…et des mesures envisagées

 

Face à ce tableau sombre le ministre de l’Energie durant son point de presse a déclaré que « la population de Djougou peut déjà se réjouir, car le projet de renforcement et d’extension du système d’alimentation est déjà en cours d’exécution » et que « la fin des travaux est d’ailleurs prévue pour la fin d’année 2016 ».  Au sujet de Dassa-Zoumè il a précisé que « le projet Japonais d’un  coût de 5 Milliards de FCFA permettra de régler partiellement la situation en attendant le projet Alimentation en Eau potable des communes de Savalou, Dassa-Zoumè, Glazoué et Savè à partir des eaux de surface ». Pour Abomey, Bohicon et Savalou « les recherches de financement sont en cours pour le renforcement et l’extension ». Pour Parakou la grande métropole du nord du Bénin, Dona Jean-Claude Houssou estime que « la situation est plus que préoccupante ». C’est pourquoi la mobilisation de toutes les autorités à divers niveaux est totale pour que les « efforts soient conjugués » afin que les différents projets pour cette ville aboutissent rapidement.

Dans le secteur minier

Le ministre a déclaré qu’il avait visité trois sites avec sa délégation. Il s’agit de « la carrière d’exploitation de calcaire de la nouvelle cimenterie du Bénin », de  « la carrière d’exploitation de granite et de site de concassage pour la production de granite à Setto dans la commune de Djidja par la Société Adeoti » et du «  site d’exploitation artisanale de l’or alluvionnaire de PERMA dans la commune de Natitingou ».  Tout en précisant que cet aspect sera abordé plus tard, Dona Jean-Claude Dossa a estimé que « ce secteur nécessite de profondes réflexions qui s’imposent au regard du potentiel existant ». C’est dans cette optique que « les directeurs généraux des Mines et de l’Office Béninois des Recherches Géologiques et Minières (Obrgm)  sont instruits pour  des propositions d’améliorations du secteur dans les 45 jours et qui seront soumises au Conseil des Ministres ».

Les doléances des structures sous tutelle

Elles ont été portées à l’attention du ministre de l’Energie par « le personnel des différentes structures sous tutelle ». Elles sont relatives au « manque de moyens roulants » à  « l’indisponibilité d’espace de travail présentant un minimum de confort », au « manque de matériels pour raccorder les clients », à « l’insuffisance de personnel qualifié » et au « manque de formation spécifique ».  Pour Dona Jean-Claude Houssou « ces différentes difficultés seront appréciées et étudiées par la hiérarchie afin de trouver des solutions à court, moyen et long terme ».

La rédaction de 7 au Bénin avec la collaboration de la Cellule de communication de la SBEE.

 

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Economie, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir