Gabon : les Béninois menacés avec une éventuelle réélection d’Ali Bongo ?
De gauche à droite : Patrice Talon, Ali Bongo et Maixent Accrombessi

« Gabon, Patrice Talon inquiet pour les Béninois ». Tel est le titre de l’un des articles de l’édition N°735 de ce 24 août du bimensuel La Lettre du Continent. La publication indique que Patrice Talon se préoccupe énormément du sort qui serait réservé aux ressortissants Béninois dans ce pays si le président sortant Ali Bongo était réélu.

Cette inquiétude est justifiée par le fait qu’il ait été saisi à ce sujet par un député gabonais.

Pourquoi Talon est inquiet

Tout est parti le 1er août dernier, d’une lettre adressée par Bertrand Zibi Abeghe un député démissionnaire du Parti démocratique gabonais (Pdg) le parti au pouvoir au Gabon à Patrice Talon. Selon La Lettre du Continent N°735 de ce 24 août, Bertrand Zibi Abeghe a « alerté » par celle-ci le Chef de l’Etat béninois au sujet de « la situation des Béninois du Gabon » surtout parce qu’il craint « des représailles sur les ressortissants béninois en cas de victoire d’Ali Bongo à l’élection présidentielle du 27 août ». Ce dernier s’est appuyé sur le fait que Maixent Accrombessi qui est d’origine béninoise, et surtout l’un des hommes forts du premier cercle d’Ali Bongo dont il est le directeur de cabinet, est particulièrement détesté par une frange de la population gabonaise. Celle-ci associe depuis plusieurs années Maixent Accrombessi à toutes les manœuvres qui sont destinées selon elle, à perpétuer la mainmise de la famille Bongo et du Parti démocratique gabonais (Pdg) sur le pays. Si Ali Bongo était réélu au terme du scrutin présidentiel à un tour prévu demain, il y aurait donc potentiellement des dérapages ou des troubles dont les nombreux Béninois vivant au Gabon seraient les premières victimes. En effet, ils sont « immanquablement associés » à Maixent Accrombessi. Toujours selon La Lettre du Continent, Patrice Talon « a convoqué »  il y a une dizaine de jours « un conseil  de sécurité au palais de la Marina » afin de  « réfléchir à des mesures de protection appropriées  envers ses compatriotes ». En plus du Chef de l’Etat, Candide Azannaï le ministre de la Défense, Sacca Lafia le ministre de l’Intérieur et le Général de brigade de police Nazaire Hounonkpè ont pris part à cette réunion. Ce dernier étant le conseiller spécial du Chef de  l’Etat béninois à la sécurité.

L’ombre de Maixent Accrombessi : les évènements d’avril 2015 toujours dans les mémoires

Directeur de cabinet d’Ali Bongo, Maixent Accrombessi est depuis plusieurs années un pion essentiel dans le dispositif du président Ali Bongo. En avril 2015, après des manifestations particulièrement violentes organisées par l’opposition gabonaise, l’ambassade du Bénin à Libreville, la capitale du Gabon avait été saccagée et incendiée. Ces faits sont intervenus dans la foulée du décès de l’opposant Oba Mbame André. Appelé le « Président bis » par certains, Maixent Accrombessi est accusé par d’autres « d’être à la base de la maladie sur fond d’envoûtement et de la mort du célèbre opposant ». Pour corser le lourd passif d’Accrombessi auprès des partisans de feu Oba Mbame André, l’actuel directeur de cabinet d’Ali Bongo était son « ami » avant de devenir son « ennemi irréductible ». A 24heures du scrutin présidentiel, tous les yeux sont donc rivés sur le Gabon parce qu’Ali Bongo est  particulièrement ces derniers mois mis sous pression par ses opposants. Ces derniers dénoncent déjà des tentatives pour frauder en faveur du pouvoir et jurent la main sur le cœur que le président sortant ne peut pas gagner cette élection si elle est organisée à la régulière.

Bernado Mariano Houenoussi

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, Afrique, Politique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir