Candidature de Reine Alapini Gansou poste de Juge à la Cpi : quelles sont les chances de succès du Bénin ?
Me Reine Alapini Gansou

Le Conseil des Ministres qui a eu lieu le 06 septembre dernier a approuvé plusieurs dossiers dont celui de la candidature du Bénin au poste de Juge à la Cour Pénale Internationale (CPI). C’est l’avocate Reine Alapini Gansou qui postule à ce prestigieux poste international pour lequel le chef de la diplomatie béninoise et son collègue de la Justice ont été déjà instruits pour « organiser le plaidoyer nécessaire pour l’élection » de la postulante.

L’appui officiel apporté par l’Exécutif à la candidature de Me Reine Alapini Gansou au poste de Juge à la Cour pénale internationale (Cpi), n’est que la première étape d’un processus bien huilé au sein de cette juridiction internationale pour l’élection des juges qui siègent en son sein. Cette Cour en compte 18 qui sont élus pour un mandat unique de 9 ans. La candidate béninoise est avocate au barreau du Bénin depuis 1986 et enseigne à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) depuis les années 2000. Les juges de la Cpi sont choisis pour leurs compétences en droit pénal ou international tout en étant reconnus pour leur intégrité et leur indépendance. Comme tous les candidats présentés par leurs pays, elle sera évaluée par plusieurs comités indépendants. Les juges sont élus à bulletins secrets par l’assemblée des Etats parties au statut de Rome et qui sont au nombre de 124.

Ce qui attend le Bénin

Reine Alapini Gansou ne sera élue que si elle obtient le nombre de voix le plus élevé et la majorité des deux tiers des Etats parties présents et votants. C’est la condition qui est fixée pour l’élection des 18 juges de la Cpi. Une salariée de cette institution confiait à Abidjantv.net à décembre 2016  que « travailler à la CPI est considéré comme prestigieux. Il y a une compétition assez élevée pour y avoir accès. Il est difficile d’être présenté comme candidat par un Etat sans avoir eu un certain parcours auparavant ». C’est pourquoi « être juge dans une Cour de justice internationale représente le sommet d’une carrière » comme le signifiait l’Italien Cuno Tarfusser, juge à la CPI depuis 2009 au même média. Le Bénin doit donc mettre les bouchées doubles pour que sa candidate soit élue en tant que représentante de l’Afrique car l’élection des juges « tient compte de la nécessité d’assurer la représentation des principaux systèmes juridiques du monde de même qu’une représentation équitable des hommes et des femmes et une répartition géographique équitable.». S’il joue crânement sa chance notre diplomatie peut réussir ce pari.

Bernado Mariano Houenoussi

 

 

Cette entrée a été publiée dans A-La-Une, Actualités, International, Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Réagir