Plus d’un an après avoir été abattu froidement : Tawès réclame « justice » pour Dangou
Le Colonel Pascal Tawès

Le Colonel à la retraite Pascal Tawès est sorti du silence qu’il observe depuis quelques années où il s’est installé aux Etats-Unis. Il s’est principalement prononcé sur le cas du Carporal Mohamed Dangou tué le 6 janvier 2016 au camp Ghézo de Cotonou dans des circonstances controversées. Pour lui cette situation qui n’est pas sans précédent ne peut pas demeurer ainsi.

La dépouille du Carporal Mohamed Dangou n’est pas toujours enterrée. Cette situation révolte le Colonel Pascal Tawès qui estime que « la veuve et les orphelins de cet ancien soldat de la paix sont dans la désolation ». Au-delà de la famille de ce soldat poursuit-il « ses frères d’armes qui avaient fui les lieux du crime » parce qu’ils craignaient de connaitre un sort identique sont quant à eux confrontés à des difficultés d’ordre matériel et financier. Et d’ajouter que toutes « les démarches administratives entreprises par ceux-ci en direction des autorités politiques actuelles pour reprendre leur service sont restées infructueuses jusqu’à maintenant ».

« Un héros national »

Le soldat mérite selon le Colonel Tawès une « promotion exceptionnelle à titre posthume » du fait de sa « bonne manière habituelle de servir » et pour cette raison il faut le considérer comme « un héros national mort au cours d’une mission officielle commandée par l’Etat béninois ». Et parce qu’il est « un héros national », ses enfants et sa veuve  doivent avoir « une assistance humanitaire que l’Etat béninois leur accordera en procédure d’urgence ». Tawès suggère également « d’apprécier l’opportunité de faire réintégrer dans les Forces Armées béninoises tous les militaires qui sont des victimes collatérales de l’injustice liée à l’assassinat du Carporal Mohamed Dangou » pour qu’ils soient rétablis dans leurs grades.

Bernado Mariano Houenoussi

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

  • John Mickouma - Votre commantaire est en attente de modération. 9 septembre 2017 #1

    Ce genre d’actes répréhensibles doivent être éradiqués dans un pays qui a connu une avancée considérable dans l’expression démocratique.
    Les actions de tous ces démons agités qui semblent ressurgir pour plonger le pays dans un passé qui ne grandit pas le peuple souverain Béninois, doivent être forcées à s’évaporer.
    Et le Colonel Pascal Tawes, cet humble serviteur de l’État à la retraite, à bien de grandes raisons de lancer cette sonnette d’alarme citoyenne, rappelant à ce beau et vibrant peuple à la vigilance.

  • Je Mickouma - Votre commantaire est en attente de modération. 9 septembre 2017 #2

    Ce genre d’actes répréhensibles doivent être éradiqués dans un pays qui a connu une avancée considérable dans l’expression démocratique.
    Les actions de tous ces démons agités qui semblent ressurgir pour plonger le pays dans un passé qui ne grandit pas le peuple souverain Béninois, doivent être forcées à s’évaporer.
    Et le Colonel Pascal Tawes, cet humble serviteur de l’État à la retraite à bien de grandes raisons de lancer cette sonnette d’alarme citoyenne, rappelant à ce beau et vibrant peuple à la vigilance.

Réagir